Assurez votre passage au CSE : 3 conseils à respecter

Écrit par Sabrina Calbrix le 4 juil. 2019 14:47:04
Sabrina Calbrix
Suivez-nous :

conseil

Comme tout à chacun, dès que l’expression « conduire le changement » est prononcée, nous n’avons qu’une seule envie : partir en courant sur une île déserte, se mettre la tête dans le sable et tout oublier en ayant pris la fuite !

Il s’agit d’une réaction instinctive, tout simplement humaine à laquelle les élus des comités d’entreprise n’échappent pas en cette période de transition vers le CSE.

La disparition des instances représentatives du personnel (CE, DP, CHSCT), telles que nous les connaissions depuis des décennies, nécessitent de réorganiser son temps pour être prêts au 1er janvier 2020.

Regardons la situation de manière positive pour nous adapter au nouvel environnement. Le changement n’existe que par la dynamique des individus qui la mettent en œuvre. Soyez de ceux-là pour viser le progrès et améliorer votre futur mandat.

Conseil n°1 : Gérez votre temps et anticipez pour gagner.

Avant, pendant et après le passage au CSE, il est important que vous définissiez un plan d’action pour ne manquer aucune étape. Cette bonne gestion de votre temps devient votre meilleur atout pour assurer la mise en œuvre du futur CSE.

 

Des heures de délégation limitées par les ordonnances : Négociez !

Sans négociation préalable, les ordonnances s’appliquent automatiquement. En fonction des orientations et projets de votre futur mandat, vous pourriez avoir besoin de plus de temps que celui proposé par la réglementation.

La loi est stricte :

  • Le nombre d’heures de délégation est variable en fonction de la taille de l’entreprise,
  • Les heures sont personnelles à chaque élu titulaire, uniquement,
  • Elles peuvent être perdues sans la définition des modalités de report,
  • Elles sont reportables et cumulables sur l’année, sous conditions.

Rappelez-vous, qu’avec la disparition des anciennes instances, tous vos usages sont remis en cause.
Faites le choix gagnant de l’équilibre entre le nombre d’heure et le nombre d’élus.

 

Des élus moins nombreux au CSE ? Argumentez avant la mise en œuvre du protocole d’accord préélectoral.

Le nombre d’élus au comité social et économique est fixé par l’article L. 2314-1 du code du travail, en fonction du nombre de salariés présents dans l’entreprise ou dans l’établissement distinct.

Il est de votre responsabilité de négocier pour adapter le nombre d’élus à votre futur CSE. Un argumentaire construit et expliqué favorisera la mise en place de votre protocole d’accord préélectoral, qui pourra définir des seuils plus favorables que ceux prévus par les dispositions réglementaires.

Vous avez la possibilité de faire de votre CSE,  une instance qui vous ressemble, qui est adaptée à votre organisation et à votre équipe et qui continue à accompagner les salariés dont vous avez la confiance.
Alors, n’attendez plus qu’il soit trop tard.

 

Conseil n°2 : Faites-vous aider et entourez-vous.

La gestion de votre CSE en tant que personne morale nécessite énormément de temps, souvent plus que le crédit d'heures de délégation dont vous disposez. Vous le savez d’autant plus, si vous avez déjà effectué plusieurs mandats.

Vos responsabilités vous imposent de veiller au respect d’obligations de plus en plus nombreuses.

Votre casquette syndicale, votre présence auprès des salariés de l’entreprise, l’organisation de vos événements, la gestion administrative et comptable de votre CSE sont autant de contraintes qui vous freinent dans l’exercice de vos fonctions, voire limitent vos initiatives innovantes.

L’équipe qui compose votre CSE a beau s’organiser pour optimiser le temps, il arrive un moment où vous avez le sentiment de ne pas pouvoir aller plus loin. Un célèbre proverbe le confirme aisément : Seul on va plus vite, mais ensemble, on va beaucoup plus loin.

Au-delà de la responsabilisation de chaque membre de la nouvelle équipe, le passage vers le CSE est une période de transition au cours de laquelle vous devez agir, vite et bien.

 

Vos rôles et missions principales sont multiples !

Nous l’avons dit au préalable, vous allez négocier et le temps que vous y passerez peut vite être sans limite. Etudes comparatives aux autres CSE de votre branche ou de votre groupe, formations pour comprendre les tenants et les aboutissants de la règlementation, réunions avec la Direction, propositions d’accords, … La liste est encore longue et vous le savez pertinemment.

Vous allez également devoir être hyper présents auprès des salariés de l’entreprise. Pourquoi ? Ce sont vos électeurs ! Vous devez assurer une présence maximale pour être élu ou réélu. Ils doivent connaître votre programme, les orientations que vous allez donner à votre mandat et être convaincus que vous prenez en compte leurs attentes.

Enfin, vous ne devrez en aucun cas, délaisser votre actuelle gestion du CE, encore moins mettre fin aux réunions DP et laisser pour compte les éventuelles problématiques du CHSCT.

 

Tout cela, dans un temps record !

Avec la meilleure volonté du monde, vous avez conscience que votre temps n’est plus extensible. Alors, faites-vous accompagner !

Un accompagnement pour soulager votre emploi du temps sur des sujets qui vous prennent eux-mêmes du temps : l’organisation et la communication.

En tant que partenaire expert de la communication, C’CommCE  propose différents accompagnements, adaptés à vos problématiques, vos envies et vos moyens. Ensemble, nous définirons le meilleur accompagnement pour toucher le plus grand nombre de salariés en choisissant le support de communication adapté à votre principale problématique.

 

Conseil n°3 : Adoptez un plan de communication clair.

Le plan de communication parfait est une illusion. Seul compte celui qui est adapté aux problématiques que vous rencontrerez lors de votre passage vers le CSE.

  1. Vous devrez déterminer les modalités de communication les plus efficaces pour accompagner le changement vers le CSE.
  2. Vous devrez également préparer une communication à plusieurs niveaux :
  • Celle qui porte les valeurs de votre syndicat, bien sûr ou de votre groupe,
  • Celle à destination des salariés,
  • Celle adaptée à votre environnement, à votre budget et à l’historique de votre entreprise.
  1. Enfin, vous devrez prendre en compte le facteur émotionnel et la relation aux personnes qui vous entourent pour être percutant.

 

En résumé, une bonne communication, c’est :

Le bon message, le bon support, le bon émetteur pour le bon interlocuteur, et SURTOUT, au bon moment.

La planification, la programmation ou le respect des délais sont autant de facteurs utiles qui vont vous prendre beaucoup de temps. Et ce temps, vous n’en disposez plus. Le passage au CSE est obligatoire au 1er janvier 2020 et …
Le 1er janvier 2020, c’est demain !

 

Maintenant, vous en êtes certain : Vous avez défini vos objectifs prioritaires (négociations, présence auprès des salariés, gestion de vos instances). Vous les gérez d’une main de maître et, surtout, personne ne peut le faire à votre place.

En revanche, la mise en œuvre concrète de votre plan de communication vous semble encore complexe, voire impossible. C’est le bon moment pour transformer votre CE et assurer votre passage vers le CSE.

C’CommCE vous propose une chargée de communication dédiée qui saura vous écouter, reformuler vos besoins, dessiner votre identité visuelle, définir un accompagnement sur mesure et créer des supports de communication percutants qui retranscriront les messages que vous souhaitez faire passer aux salariés qui vous élisent.

 

Nous sommes à votre écoute.  Contactez-nous

 

Thèmes : Agence de communication, Comité d'entreprise, Comité social et économique

C'CommCE agence de communication pour Comité d'entreprise et CSE

S'abonner au blog

Nos derniers articles